Home Société Sortie médiatique de l’Uneb : « L’issue de cette élection n’enlève rien de notre légitimité » dixit Alain Nouho

Sortie médiatique de l’Uneb : « L’issue de cette élection n’enlève rien de notre légitimité » dixit Alain Nouho

8 min read
0

Quelques mois après les élections organisées par le gouvernement pour reconnaitre l’organisation estudiantine la plus représentative, l’Uneb est enfin sortie de son silence. L’Union Nationale des Etudiants du Bénin (UNEB) à travers une conférence de presse ce mardi a éclairé le peuple sur l’avenir de cette institution.  Selon Alain Nouho Pdt en exercice, L’Union Nationale des Etudiants du Bénin (UNEB) existe et continuera de lutter pour l’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiants dans nos campus. Lire un extrait de  sa déclaration.

Extrait de  la déclaration de presse de L’Union Nationale des Etudiants du Bénin (UNEB)

« C’est à la fois un plaisir et une joie de prendre publiquement la parole quelques mois après les élections organisées par le Gouvernement pour reconnaitre l’institution estudiantine la plus représentative. Une élection qui s’est soldée comme vous le savez tous, par la victoire des deux autres organisations sœurs que sont la Fédération Nationale des Etudiants du Bénin (FNEB) et l’Union Nationale des Scolaires et Etudiants du Bénin (UNSEB). Nous ne prenons pas notre participation comme un échec. Mais plutôt une expérience très riche en enseignement qui nous permettra de corriger les failles pour pouvoir mieux rebondir.

C’est le moment pour nous, de remercier tous les étudiants qui ont cru en nous malgré la campagne de sabotage mise sur pied pour ternir la noblesse de notre institution et le pouvoir de l’argent qui a réussi à tronquer  l’opinion de certains dans les urnes. Nous réitérons également nos reconnaissance à l’endroit de tous les responsables d’institutions spécialisées et les rassurons que la pente sera redressée dans de brefs délais.

L’issue de cette élection n’enlève rien de notre légitimité vis-à-vis de notre première mission qui est de défendre l’intérêt général de la communauté estudiantine, encore moins, de notre existence. L’Union Nationale des Etudiants du Bénin (UNEB) existe et continuera de lutter pour l’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiants dans nos campus. Nous voudrions en termes plus clairs dire que ce n’est pas à travers une élection que nous allons quémander notre légitimité ou notre reconnaissance par qui que ce soit. Le combat continue, nous avons la carapace solide pour faire face aux défis actuels et ceux qui se présenteront devant nous dans les jours à venir.

Nous passons par ce canal, pour attirer l’attention de nos autorités sur les dangers qui planent sur nos campus à travers la panoplie de décisions liberticides et antisociales que continuent de prendre nos dirigeants malgré la grogne. Selon une sagesse africaine, la meilleure manière de gagner une dispute, c’est de l’éviter. Et c’est à cela que nous appelons nos autorités. Il ne sert à rien de pousser les étudiants à bout de souffle. La patience a une limite dit-on. Cette limite est presque atteinte. Alors nous demandons à l’oppresseur de revoir sa copie pour éviter des querelles inutiles.

Il est vrai que les nombreuses réformes entreprises par le gouvernement dit de la rupture dans le sous-secteur de l’enseignement supérieur concourent à une meilleure compétitivité des produits des universités publiques du Bénin sur le marché sous régional et même international. Mais force est de constater que ces réformes sont en déphasage avec le système éducatif béninois actuel. Nous en voulons pour preuve le nombre exponentiel de bacheliers laissés pour compte par les mesures sélectives instaurées par le gouvernement ; sans aucun système de récupération établi à leur intention. Et c’est sans compter avec le risque pour ces derniers de tomber dans le piège du banditisme. Aujourd’hui, en effet, on essaie d’assoir une éducation supérieure où seuls les nantis peuvent y avoir accès. Et pourtant, déjà à l’époque où ces autorités entreprenaient leurs études universitaires, les parents de la majorité n’avaient surement pas les moyens de supporter les couts faramineux qu’on essaie d’imposer à la couche estudiantine actuellement. Qu’en sera-t-il donc de l’époque contemporaine où la cherté de la vie est le refrain quotidien sur presque toutes les lèvres. Les temps ont changé nous dira-t-on. Mais comme le prédisait Nelson Mandela, l’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde.  »

Alain Nouho/Pdt Uneb

Load More Related Articles
Load More By Yévègnon AHIDEON
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Bénin : Boni Yayi rompt enfin le silence à propos de la crise préélectorale

L’ancien Président Thomas Boni Yayi n’est pas d’accord avec la situation préélectorale qui…