Home Société Côte d’Ivoire: un chasseur abat un jeune homme qu’il a confondu à un gibier dans un village de Korogho

Côte d’Ivoire: un chasseur abat un jeune homme qu’il a confondu à un gibier dans un village de Korogho

6 min read
0

Bien que la chasse soit interdite dans certaines zones, il y a des individus qui transgressant la loi, se livrent illégalement à cette activité, avec des conséquences hélas, souvent dramatiques que l’on sait.

C’est ce qui s’est produit à Sorokro, village situé à dix ( 10) Km de Bocanda. Kouakou Konan Émile, père de quatre enfants, a abattu son compagnon de chasse, qu’il prenait pour un animal. Les faits, avec tout de même un corollaire cocasse, remontent au mois d’avril 2017.

Un de ces soirs, en effet, expliquent nos sources, Kouakou Émile, son fusil en bandoulière, part à la chasse. Ce n’est pas un professionnel en la matière, mais il aime bien ça. En tout cas, son « Cv » ne fait pas de lui, un expérimenté dans ce domaine très sensible et dangereux, mais il convainc lui-même du contraire.

On en est là, quand le lendemain, la nouvelle de la disparition d’un jeune homme à qui on va attribuer les initiales A.V, et habitant un campement voisin du village, parcourt les contrées de la zone.

Pendant ce temps, Kouakou Konan Émile se confie à un notable du village voisin. Il lui révèle avoir involontairement abattu un jeune homme au cours de la partie de chasse.

Quand la nouvelle des aveux glaçants arrive aux oreilles du chef de Sorokro, village dont est ressortissant Kouakou Émile, il demande à son collègue de la bourgade voisine, de maintenir le chasseur en lieu sûr, afin qu’il soit davantage interrogé et probablement, remis aux autorités compétentes.

Malheureusement, Kouakou Émile avait déjà pris la fuite. On apprend même peu après, qu’il s’est réfugié à l’Ouest du pays.

Trois jours plus tard, le corps du jeune A.V, en état de putréfaction avancée, partiellement enfoui sous terre et recouvert par le feuillage, est découvert. La gendarmerie, informée, procède au constat d’usage et ouvre une enquête, afin de déterminer toutes les circonstances du crime.

Beaucoup plus tard, au tribunal de Dimbokro où l’affaire est portée, les faits sont requalifiés en homicide involontaire. A l’audience du 20 février 2019, en l’absence du prévenu jugé par contumace, l’affaire est mise en délibéré, après que le procureur a requis six (06) mois d’emprisonnement ferme.

Seulement voilà, un autre malheur va frapper le fugitif. Et celui-là concerne directement son foyer. C’est que sa femme à qui il abandonne ainsi la charge de leurs quatre enfants, n’en peut plus de l’attendre, sans avoir aucune lueur d’espoir de le revoir.

Et que fait-elle alors ? Elle met carrément une croix sur leur vie maritale, et va se mettre en ménage avec un autre homme. Un homme qui, du reste, ne perd pas le temps, et qui lui file même déjà une grossesse.

« Vraiment deux ( 02) ans, c’est trop. Je ne pouvais plus attendre seule à être avec mes enfants. Et donc, j’ai pris un autre mari », se justifie la femme du meurtrier présumé en cavale. Le « wanted » dont la place en taule, n’attend plus que lui. En attendant, doit-on en vouloir à son ex-femme? Le débat reste ouvert.

Linfodrome.com

Load More Related Articles
Load More By Yévègnon AHIDEON
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Bénin/législatives 2019: Voici la loi proposée pour sortir de la crise

Proposition de loi dérogatoire, modificative et complétive de la loi n°2018-23 du 17 septe…